Voilà le résultat !

Sauce fajitas en conserve

Ingrédients

Tomates mûres de pleine saison
Environ 5kg

Poivrons de toutes les couleurs
Environ 4kg

Oignons rouges ou rose
5 très gros

Ail
4 gousses

Piments frais
2 piments

Vinaigre balsamique ou vin vieux
5 cuillères à soupe

Sucre de canne
3 cuillères à soupe

Sel
2 cuillères à soupe au moins

Concentré de tomates bio
2 petits bocaux

Huile de tournesol désodorisée
2 cuillères à soupe

Préparation : 4h Saison : Automne

J’épluche et j’épépine les tomates. Si j’ai pris soin de bien les choisir, en évitant les tomates grappes sans chair et sans goût, et en préférant des variétés plus chères mais très généreuses comme les rose de Berne, noires de Crimée, vraies coeur de boeuf, marmande, etc, je n’ai presque pas besoin d’épépiner -l’épluchage, long, est pourtant indispensable.

J’émince tous les autres légumes.

Dans la bassine à confiture, je fais revenir l’oignon dans l’huile, puis j’ajoute l’ail et le poivron, et ensuite le piment, puis les tomates et tous les autres ingrédients.

Je laisse sur le feu à petits bouillons le temps de faire réduire en sauce (environ 40mn). Je rectifie éventuellement l’assaisonnement.

Je passe à la phase stérilisation pour une heure.

Pour consommer, je fais revenir du poulet émincé (et/ou des haricots rouges, ou du boeuf, ou d’autres idées, ou rien) avant d’ajouter la sauce à réchauffer. Pendant ce temps, dans le four entre deux assiettes, je réchauffe des tortillas (je n’ai pas encore trouvé de recette concluante pour les faire moi-même, donc en attendant j’achète un pain libanais sans huile de palme qui fait un wrap acceptable au niveau du goût, des ingrédients et du prix -marques bio totalement inabordables vu notre consommation).

En complément, je mets sur la table du cheddar vieux et une râpe, de la crème fraîche épaisse et éventuellement du guacamole ou un avocat en tranches fines, et chacun se compose ses fajitas.


Stérilisation mode d'emploi :

Je stérilise avec des bocaux à joints (ou parfois à capsules à vis). Je prépare à l’avance des bocaux que je stérilise (dix minutes dans l’eau bouillante, en faisant attention au choc thermique) et je sors des joints NEUFS adaptés.

Dès la fin de la cuisson, je remplis mes bocaux de la préparation toute chaude jusqu’au trait indiqué (en tout état de cause à deux cm au moins du haut du bocal). Je ferme.

Je cale mes bocaux dans mon stérilisateur (très grande marmite) et je les recouvre d’eau à 5 cm au-dessus du dernier bocal.

Je porte à ébullition (c’est long) et je compte le temps indiqué pour la stérilisation à partir de ce moment-là. Il faut que ça ne cesse plus de bouillir. Je vérifie aussi, si c’est une stérilisation longue, qu’il reste suffisamment de liquide au-dessus des bocaux (sinon, hop, je refais le niveau avec de l’eau bouillante).

Je laisse tiédir et je sors les bocaux et les essuie. Lorsqu’ils sont froids, je teste la fermeture en déclipsant et en tirant légèrement sur le couvercle. S’il ne s’ouvre pas, c’est que la stérilisation a réussi. (Dans le cas contraire, il faut soit consommer le bocal soit le remettre à stériliser avec un nouveau joint).

J’étiquette et je remise.

Au moment de consommer, je soulève d’abord le couvercle pour vérifier avant de tirer sur l’élastique. Si le couvercle s’ouvre sans avoir tiré sur l’élastique, c’est qu’il n’y avait plus le vide et il ne faut pas consommer le contenu.

Pour toute question sur la stérilisation, je vous recommande vivement le site Le parfait et aussi un peu de bon sens et de prudence.

On peut bien évidemment faire la recette en moindre quantité et sans la stérilisation, pour la déguster aussitôt.

En préparation...

En préparation...

2018-06-03 18:06:01 - Charlotte Dorn

Commentaires

Vous devez être connecté pour poster des commentaires